François Taillandier : La grande intrigue - tome 1 - Option paradis

          Avec Option Paradis, écrit en 2006, premier tome de la grande intrigue qui compte cinq romans (tous parus aux éditions stock), François Taillandier dépoussière le genre saga familiale et sociologique.

          Difficile de proposer un résumé de cette œuvre géniale qui entremêle personnages, histoires, mais aussi des réflexions sociologiques et philosophiques.

Le roman commence très simplement : Nicolas et Louise sont cousins et reviennent dans la vieille demeure familiale de Vernery pour un petit séjour printanier et érotique : car nos deux loustics sont également amants. Entre souvenirs partagés, évocation de photographies familiales et ancestrales, confidences intimes, c’est la vie très ordinaire d’une famille française, sur quatre générations qui s’esquisse.

          Mais le roman ne se borne pas à ces petites historiettes parfois bien piquantes : il faut partir du titre pour comprendre les objectifs du roman. Option Paradis trouve sa signification dans le second chapitre intitulé l’acte unique. Un prophète annonce qu’à la suite de l’Enfer, qu’on peut situer en Europe entre 1940 et 1945, on accèdera au Paradis. Il y a l’avant, et le maintenant, et le maintenant voit l’explosion des valeurs de bonheur et d’accomplissement individuels. A ceci près qu’on dit aussi : avant internet, avant la télévision, etc… Notion déjà bien fluctuante ! Qu’en est-il de nos personnages ? Ont-ils pris une option pour le paradis ? Et avant ? C’était l’enfer ?

          Louise est divorcée, elle a de nombreuses aventures, son ex-mari étale leur ancienne vie conjugale dans des psy-shows à fort taux d’audience, Nicolas est architecte, divorcé, dépressif : il a horreur des hôtels et autres centres commerciaux qu’il a à construire. Et avant ?

          Le père de Nicolas, François Robien, aime les calembours et contrepèteries… Il a l’air heureux, mais son mariage est sans amour, puis viennent tous les personnages de générations plus anciennes aux mariages arrangés avec tout ce que la chose comporte d’insatisfaction et de tromperies. Etait-ce si différent ? Louise et Nicolas avouent s’être mariés chacun de leur côté pour sacrifier aux convenances, à la norme sociale… et puis, des tromperies, des histoires de fesses, c’est qu’il y en a eu dans la famille ! Toutes ces histoires se succèdent avec brio : Louise et Nicolas échangent des souvenirs : on est ici dans la veine truculente du Décaméron de Boccace. Vous aimez les histoires grivoises ? Vous serez plutôt bien servis avec Option Paradis. Mais attention ! Les personnages qui appartiennent au passé gardent une part de mystère, à l’image de ces photos jaunies d’ancêtres familiaux que l’on regarde sans les avoir bien connus.

          Mais le livre ne se borne pas à ces simples considérations : si le passé apparaît plus figé et plus normatif que le présent, dans le fond, de nombreuses similitudes les unissent. Ce qui nous sépare, c’est surtout la conception de l’espace…. Car oui, l’espace a aussi considérablement évolué et François Taillandier évoque aussi ce paramètre dans plusieurs chapitres. Nous ne vivons plus aujourd’hui dans le monumental, mais dans le circulatoire, et c’est sans doute cette donnée qui a changé le plus nos vies. Télévisions, ordinateurs, autoroutes, cités dortoirs où l’on ne passe que quelques années d’une vie. Plus que le temps, les mœurs, c’est cette circulation incessante de tout et de rien, des hommes et des choses qui changent le monde.

          Peut-on pour autant parler de paradis ? La fille de Louise, Alexandra, vit en Israël dans une communauté spirituelle qui rejette les religions et la société de consommation. Retrouver l’origine, voilà ce que serait, à son sens, le paradis… mais ce n’est qu’une esquisse ! A suivre, donc !

Ainsi donc, avec Option Paradis, François Taillandier nous offre une œuvre éblouissante d’intelligence et de finesse. On en sort avec, au fond du cœur, un petit bout des nôtres, une pensée pour ceux qui nous ont permis d’être là aujourd’hui et dont nous ne savons pas grand-chose, avec aussi dans la tête un sacré remue-méninges sur ce supposé paradis que nous sommes en train de créer.

 



08/09/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres