Guillaume Musso : Demain/Un lendemain qui chantonne.

           Quand on est hospitalisée depuis presque deux mois, comme je le suis actuellement, on n’attend qu’une seule chose : que demain arrive vite, encore plus vite, pour sortir de la prison qu’est l’hôpital. Demain, c’est aussi le titre du roman de Guillaume Musso qui parait en 1013 aux  éditions XO.

           Matthew et Emma vivent dans deux grandes villes d’Amérique. Il est de Boston, elle est de New-York. Ils font connaissance sur internet et décident de de se rencontrer dans un bon  restaurant de New-York : L’imperator. Seulement, la rencontre n’aura pas lieu car bientôt nos héros sont mis face à l’impensable : elle vit en 2011, il vit en 2010. Par ailleurs, Matthew découvre que son épouse bien-aimée est morte en 2011. Il veut contraindre Emma afin qu’elle sauve la vie de Kate en 2011. De son côté, Emma découvre qu’en 2011, elle aussi est morte : elle s’est suicidée. Dès lors commence une enquête dans le passé qui révèle bien des surprises à nos deux compagnons. Du côté de Matthew, l’enquête tourne vite court. Il enlève le Sharpeï d’Emma pour faire pression sur elle, tandis qu’elle lui envoie la vidéo de Kate et de Nick Fish, l’amant dont Matthew ignorait l’existence. Malheureusement un bol de chocolat malencontreusement versé sur l’ordinateur le rend inutilisable. C’est donc Emma qui va enquêter en 2010. Elle découvre que bien plus que d’avoir un amant, la jeune femme projetait de tuer son mari, le soir même de sa propre  mort. En effet, Nick Fish, un richissime concepteur de systèmes d’exploitation informatiques, a besoin d’un cœur et comme son groupe sanguin est très rare, c’est sciemment que Kate a épousé le seul homme qui soit du groupe Helsinki. Bien évidemment, le soir du drame, elle a embauché un tueur à gages, mais rien ne se passe comme prévu. Emma tue Kate et Matthew est sauvé. Mis au courant de toute l’affaire par la mort de Nick Fish, il sombre dans une dépression…lorsque, un jour, au hasard d’une brocante, il achète de nouveau l’ordinateur d’Emma Lovenstein. Un rendez-vous est fixé, rendez-vous qui aura, pour le coup, bien lieu, à l’Imperator, là où tout aurait dû commencer.

           Demain n’est pas le meilleur roman de Guillaume Musso que j’ai pu lire. Il souffre en effet d’incohérences.

          On sait que l’homme aime jongler avec le mystère et l’ésotérisme, que les voyages à travers le temps sont monnaie courante chez lui. Cependant, ici, le passage de 2010 à 2011 n’est pas justifié. Il se fait d’un coup de baguette magique. Accepte de ne pas comprendre ce mystère du voyage à travers le temps, lecteur, sinon, tu risques de ne pas vouloir continuer ta lecture et ce serait quand même dommage. De la même manière, on imagine que si en 2011 Emma ne s’est pas suicidée c’est qu’elle s’est raccrochée à la certitude que plus tard, elle rencontrerait de nouveau Matthew. Quant au Sharpeï enlevé, on ne sait ni pourquoi, ni comment, il retourne auprès de Matthew.     Bref…

           Par ailleurs, l’intrigue parait poussive et déséquilibrée.

           Le roman tourne en effet, autour de l’enquête d’Emma sur le couple Kate-Matthew. Le second héros, Matthew, n’est là que pour jouer les papas niais auprès de sa fille Emlily. Certes, l’enquête joue comme d’habitude, sur des moments d’attente et de suspense mais là encore, on est déçu car il s’agit surtout de courses poursuites entre les personnages. Par ailleurs, cette histoire d’amour entre Nick Fish et Kate, on a du mal à y croire. En pleine perdition au début de sa vie, l’homme la sauve du désastre en lui payant des études de médecine. Par la suite, elle tente de reconquérir son amant mourant au moyen d’une greffe du cœur, celui de son mari, qui possède le seul organe compatible avec Nick, de fait de leur groupe sanguin

           Bref, on est un peu déçu par ce énième roman de Musso qui reste agréable à lire. Pour moi, il aura toujours une résonnance particulière, car il est le roman qui m’a permis de sortir au marasme ; pendant plusieurs semaines, je n’arrivais pas à me concentrer sur aucune lecture. Alors, bientôt, après plusieurs semaines d’hospitalisation passées un chaos psychique, j’attends demain où je serai libérée de ce service de soins fermés. Et puis, après ces quelques jours d’observation encore coupée du monde, je partirai en vacances écourtées, certes, mais pour moi, demain ne peut-être que meilleur, d’autant plus qu’il y a au moins une page de ma vie que j’ai pris le temps de tourner. Certes, j’espère pouvoir en tourner doucement  une autre et alors, on pourra vraiment parler de lendemains qui chantent.

 

 

 



05/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres