Lisa Lutz : Spellman & Associés/Mauvais&Ennuyeux



                Non, ne vous laissez pas avoir par la déclaration de Lauren Weisberger - auteure de Le diable s’habille en Prada – qui s’affiche sur la couverture de ce pitoyable roman écrit par Lisa Lutz en 2007 – Spellman & Associés – et paru aux éditions Albin Michel : je cite (avec la faute de concordance modale qui apparaît sur la couverture) : « Le livre le plus drôle que j’aie lu depuis des années ». D’ailleurs, Lauren Weisberger est loin d’être une référence littéraire & d’ailleurs, une telle faute de grammaire sur la couverture du livre n’augure rien de bon… Pour ces deux bonnes raisons (certes basées sur deux à priori), on s’abstiendra de plonger dans ce vilain roman sans intérêt.

                Dans la célèbre famille de détectives privés – les Spellman – je demande la fille n°1 : Isabel Spellman, narratrice et personnage principal du roman. La jeune fille collectionne les échecs amoureux. Il faut dire que la famille dont elle fait partie a de quoi rebuter le plus fervent des amoureux. Izzie (Isabel) rencontre néanmoins, au détour d’une enquête, Daniel, un charmant dentiste avec lequel elle vivra une aventure amoureuse qui finira mal : en effet, la jeune fille a menti au jeune homme en se faisant passer pour une enseignante. Par ailleurs, cette famille où tout le monde espionne tout le monde et se mêle des affaires des autres est difficile à supporter. Cependant, Izzie voudrait bien larguer les amarres ; elle est chargée d’une ultime enquête où il s’agit de retrouver un certain Andrew, disparu il y a plusieurs dizaines d’années. L’affaire semble mal tourner : Izzie subit des pressions pour abandonner ses recherches et sa sœur, Rae, disparaît. Cependant, tout se termine bien : Rae n’a pas été enlevée ; elle s’était juste planquée pendant quelques jours pour se livrer à son occupation favorite : manger des sucreries dans un motel. Quant à Andrew, il n’est pas mort mais a décidé de changer de vie… et de sexe : voilà pourquoi personne n’avait plus aucune nouvelle de lui depuis des années.

                Ouf ! J’ai réussi à résumer en gros, l’intrigue de Spellman&associés ! J’avoue que ce n’était pas gagné tant l’histoire est décousue, sans queue ni tête, et surtout, sans intérêt. Le roman propose plusieurs enquêtes menées de manière relâchée, enquêtes qui n’aboutissent jamais vraiment. Il semblerait que la colonne vertébrale du livre soit plutôt axée sur le thème de la chronique familiale ; cependant, celle-ci est, elle aussi, sans intérêt. Dans la famille Spellman, on passe plus de temps à se filer les uns les autres qu’à filer les clients : ainsi avons-nous droit à des scènes répétitives de courses-poursuites en voiture, de mensonges destinés à brouiller les pistes, de fouille dans les affaires des autres. La petite sœur, Rae, est insupportable et se brouille constamment avec l’oncle Ray, un alcoolique notoire qui finira par mourir, à la fin : séquence émotion pas du tout émouvante et qui n’a pas été motivée par le reste de l’intrigue : le cheveu sur la soupe mal parachuté, quoi ! Aïe !

                Toutes les enquêtes commencées tournent au jus de boudin : lorsque la sœur d’Isabel, Rae, disparait, on se dit qu’enfin, il va se passer quelque chose ! Que la jeune fille a été enlevée ! Que cet enlèvement est lié à l’enquête sur la disparition d’Andrew ! Et bien non. Rae s’est planquée dans un motel pour se goinfrer de confiseries ; quant à Andrew, il n’a pas disparu, il est devenu une femme.

                Reste un portrait de famille bien improbable ! Des détectives privés qui ne mènent aucune enquête digne de ce nom, qui se chamaillent tout le temps. Seul le fils ainé n’est pas détective et sort avec la meilleure amie d’Isabel : pour lui prouver son amour, il se fait tatouer les bras tandis qu’elle, pour lui prouver son amour, s’acharne à enlever ses tatouages. Passionnant ! Et surtout, aucun rapport avec le reste… Encore faut-il trouver quelque chose à raconter quand on n’a aucune inspiration ! Je vous passe les innombrables scènes de dialogue sans intérêt, le matin, autour d’un bol de corn flakes.

                Et dire qu’il y a une suite à ce nanar ! La revanche des Spellman ! Très peu pour moi. J’ai déjà eu beaucoup de mal à aller jusqu’au bout de cet opus dont on chante pourtant les louanges sur internet. Le livre le plus drôle ! Désopilant !  Non mais quelle arnaque ! Je n’ai pas ri, pas souri, j’ai beaucoup soufflé… et je suis déjà en train d’oublier cette histoire décousue et sans intérêt.



23/01/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres