Marina Lewycka : Une brève histoire du tracteur en Ukraine/On est content que ce soit bref

                Avec un titre aussi énigmatique et décalé que celui-ci - Une brève histoire du tracteur en Ukraine - comment ne pas se laisser tenter –  finalement sans regrets, mais aussi sans enthousiasme – par ce roman de Marina Lewycka paru en 2008 aux éditions des deux terres.

               Nikolaï vient de perdre son épouse ; c’est un vieil homme d’origine ukrainienne ; il vit depuis longtemps désormais en Angleterre. Ses deux filles, Vera et Nadhezda ne s’entendent pas mais un grave problème va les forcer à communiquer et peut-être, à se mettre d’accord : Nikolaï veut épouser une jeune ukrainienne, Valentina. Or, il y a fort à parier que cette dernière à une idée derrière la tête. Bien loin d’être amoureuse du vieillard, elle souhaiterait vivre en Angleterre. Malgré les mises en garde de ses filles, Nikolaï épouse Valentina. Très vite, le couple bat de l’aile et Valentina disparait après avoir pris de l’argent. Vera et Nadhezda partent à la recherche de la jeune femme afin de l’obliger à signer les papiers du divorce. Lorsqu’elles arrivent enfin à leurs fins, Valentina est devenue pour la deuxième fois mère et son mari ukrainien, toujours amoureux, la recherche. Il finit par emmener avec lui la jeune femme et ses enfants tandis que Vera et Nadhezda placent leur père dans une maison de retraite où il poursuit sa vie dans la bonne humeur.  

              Cependant, si l’histoire des amours tourmentées de Nikolaï avec l’ukrainienne Valentina constitue la veine principale de ce roman, ce n’est pas la seule. En effet, Nikolaï  est un bien étrange vieillard qui, tandis qu’il vit le dernier pan de se vie amoureuse, parallèlement poursuit une œuvre ambitieuse : écrire une histoire du traceur en Ukraine. Ainsi, le roman propose en incise des extraits de ce traité, ce qui n’est pas pour réjouir le lecteur qui n’éprouve aucun plaisir à se plonger dans ces différentes évocations de tracteurs et autres engins merveilleux qui ont révolutionné la vie des hommes. Mais surtout, on se dit : « quel rapport les extraits entretiennent-ils avec l’intrigue principale de ce roman ? », et on a bien du mal à apporter une réponse à cette question. Peut-être est-ce l’occasion, pour Nikolaï, de célébrer son pays d’origine ? On ne voit aucune autre relation entre les tracteurs ukrainiens et l’histoire de Valentina/ Nikolaï. Pas de mise en abyme, pas de contrepoint. Peut-être est-ce aussi l’occasion de proposer un autre éclairage sur le personnage de Nikolaï : si le vieillard parait vaguement sénile dans cet aveuglement amoureux qu’il met à l’endroit de Valentina, il est aussi capable d’écrire un traité qui demande une grande lucidité intellectuelle et est doté d’une intelligence bien loin de vaciller.

              La dernière veine de ce roman, c’est celle de l’histoire familiale de Vera, Nadhezda et Nikolaï. En Ukraine, la vie fut bien loin d’être rose. Si la cadette, Nadhezda, a toujours pensé que ses parents ont formé un couple idéal et parfait, Vera lui raconte la vérité et c’est l’occasion, pour les deux sœurs fâchées, d’entamer un dialogue jusqu’alors inexistant. La famille fut souvent séparée par les famines et les persécutions staliniennes. Pendant la seconde guerre mondiale, elle a connu la déportation et les camps. Ainsi, entre la foi optimiste que Nikolaï met à l’endroit du progrès technique, la vision pessimiste et noire de la réalité ukrainienne portée par Vera, et l’histoire déjantée des amours de Nikolaï et de Valentina, le roman tente de donner de l’Ukraine une image contrastée.

             Pourtant, malgré cette tentative de proposer un roman nuancé, usant de plusieurs tonalités différentes, Une brève histoire du tracteur en Ukraine n’est pas un excellent roman. On retiendra surtout cet assemblage d’une histoire en plusieurs pans qui tente de proposer un tout dejantée, sans parvenir à mixer et à unifier l’ensemble. Ainsi a-t-on plutôt le sentiment d’être face à un roman décousu, qui manque de cohérence.

            Alors vraiment, l’histoire que la lectrice que je suis entretient avec ce roman est-elle vraiment brève.   

 



18/06/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres