LECTURES VAGABONDES

LECTURES VAGABONDES

Alice Ferney : Cherchez la femme/Et trouvez un bon roman

          Il y a longtemps que je voulais faire la connaissance d’Alice Ferney. Après quelques tentatives inabouties, voici que je présente un roman ambitieux et ample : Alice Ferney a écrit Cherchez la femme en 2013 ; le roman a paru aux éditions Actes Sud.

          Le résumé de ce livre est simple et peut s’organiser autour des titres de ses grandes parties : Fils de Nina raconte la formation et les premières années du couple Korol : Vladimir et Nina. Ils auront deux fils – Serge et Jean. C’est la vie du premier que nous appréhenderons dans la suite du roman. La femme de sa vie : Serge épouse Marianne Vilette, une femme pleine d’amour et d’ambitions. Ils ont trois enfants et leur ménage est heureux. L’épreuve des faits/Coup de foudre inopportun… Eh oui, comme beaucoup de couples, Marianne et Serge vivent des moments difficiles : Serge tombe amoureux de Caroline Manivette, une navigatrice qui fait désormais des conférences. Leur liaison dure. Les meilleures choses ont une fin : voici le temps où Marianne, elle aussi, s’engage dans l’adultère. Son amant s’appelle Rafaël. Il est tendre et attentionné.  Serge décide de mettre Marianne au courant de sa liaison et de son intention de demander le divorce. Refaire sa vie… et c’est le coup de théâtre ! Une fois divorcé, Serge n’intéresse plus Caroline qui le laisse tomber. De son côté, Marianne a du mal à renoncer à son mari et à son couple qui continue de se déchirer. Serge fera-t-il machine arrière ? Non car il rencontre Marine ; certes, ce n’est pas le grand amour, mais c’est avec elle que le richissime patron de Plexus s’installe. Et la mort qui sépare : voici le temps de quitter presque tous les personnages de ce roman : c’est d’abord Vladimir, père de Serge, qui décède d’un cancer. Peu après, son épouse, l’alcoolique Nina, s’en va à son tour. Le père de Marianne, puis, Marianne elle-même. Alors qu’il est au volant de sa voiture, Serge est déconcentré par une nouvelle diffusée à la radio : Caroline a disparu en mer. Perturbé par cette nouvelle alors qu’il conduit, un accident de voiture semble se profiler. 

          Cherchez la femme est un roman rétrospectif. Très vite, le lecteur sait qu’il va assister à l’éclosion d’un couple dans le bonheur, puis viennent les enfants et l’habitude. Quand finalement rien de va plus, les personnages se séparent et tentent tant bien que mal de continuer à vivre. Mais l’ambition de la romancière Alice Ferney dépasse cette simple histoire d’un couple. Le premier tiers du roman est consacré au couple des parents de Serge : Vladimir et Nina. La jeune femme s’ennuie dans sa vie de couple. Elle en veut à son mari : il a, selon elle, fait capoter sa future carrière de danseuse. Son mari est accaparé par son métier qui les emmène jusqu’au Maroc. C’est là que Nina se met à boire, dans les réceptions, d’abord, puis de plus en plus souvent. Pour meubler un peu le vide de son existence, elle  met son fils Serge sur un piédestal. Le jeune garçon ne saura jamais plus se passer de l’adulation des autres, même lorsqu’il sera adulte, marié, etc… Partout, Serge doit être le premier, le meilleur ; il ne supportera pas le fait que sa femme rencontre du succès dans son travail. Ainsi, Cherchez la femme interroge aussi le passé des personnages, leur rapport au monde et à eux-mêmes. C’est dans ce terreau originel qu’on peut trouver des explications aux manières de penser, aux aspirations, aux comportements des personnages au sein de leur mariage ou de leur profession. 

          Ainsi, Cherchez la femme propose plusieurs portraits d’hommes et de femmes aux prises avec leurs démons. Marianne est équilibrée, très amoureuse d’un mari dont le comportement devient de plus en plus abject, au fil des jours. Serge, quant à lui, est égoïste et quand il rencontre Caroline, une femme fascinante, il décide qu’il la lui faut ; qu’elle seule est à sa taille d’homme extraordinaire.

          Cependant, la fin devient noire pour notre homme qui vieillit et qui est moins admiré : toutes les femmes qu’il a aimées meurent ou se tuent. La fin du roman insinue qu’il est bientôt l’heure pour lui : il est dans une voiture, l’accident est inéluctable.

          Pourtant, je dois quand même dire que Cherchez la femme est un roman assez répétitif : sans cesse, Alice Ferney évoque ce besoin d’admiration qui tient Serge debout et rappelle que ce besoin lui vient de ses parents. Ainsi, on avance lentement mais sûrement car le but d’Alice Ferney, c’est aussi de montrer la lente dégradation d’un couple sans oublier les plus petits détails, comme autant de petits vers qui peu à peu dégradent la jolie pomme d’amour.

          S’il faut un certain courage pour se plonger dans ce roman fleuve, on finit par s’y laisser bercer avec  une certaine volupté. On attend une suite ? Cherchez l’homme ? Elle n’existe pas ! Et pour cause ! On se demande bien ce qu’on peut ajouter à cette complète autopsie du couple.

 



25/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres